Non au Projet Laurentia

  • AAAA slash MM slash JJ

Le très honorable Justin Trudeau, Premier ministre du Canada,

L’honorable Jean-Yves Duclos, président du Conseil du Trésor du Canada et député de la circonscription de Québec

L’honorable Marc Garneau, ministre des Transports

L’honorable Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Monsieur François Legault, premier ministre du Québec

Madame Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale

Monsieur Régis Labeaume, maire de Québec,

Autrefois connu sous le nom de Beauport 2020, le projet Laurentia consiste en l’agrandissement  du Port de Québec vers l’est de 610 mètres dans le Fleuve Saint-Laurent afin de construire un quai en eau profonde. Le projet de terminal de marchandises prévoit un transit de 700 000 conteneurs annuellement. L’investissement prévu pour ce projet est de 775 millions, qui seront assumés principalement par le conglomérat étranger Hutchison Ports. 

La moitié des 180 nouveaux camions nécessaires au fonctionnement du nouveau terminal de conteneurs Laurentia circulera dans Limoilou. 

Le projet Laurentia aura des impacts négatifs durables pour les secteurs de Limoilou, Maizerets et Beauport, déjà grandement affectés par d’autres installations industrielles, telles que l’incinérateur, le port de Québec et la papetière White Birch. De plus, la mauvaise qualité de l’air est déjà problématique dans ces quartiers, aux prises notamment avec de célèbres problèmes de poussière rouge.

Le projet Laurentia défigurera la Baie de Beauport et a déjà causé l’annulation de la phase 4 de la promenade Samuel-de-Champlain, qui visait à redonner l’accès aux berges à la population.

Selon les dires de l’Agence environnementale du Canada, le projet entraînera des effets environnementaux résiduels négatifs importants directs et cumulatifs sur:

  • plusieurs espèces de poissons et d’oiseaux, et leurs habitats ;
  • les milieux humides ; 
  • les émissions de gaz à effet de serre ; 
  • la qualité de l’air, et ce, dûs aux émissions de contaminants atmosphériques ;
  • la santé humaine, et ce, dûs aux émissions, au bruit et à la lumière ;
  • l’utilisation des terres et des ressources par les Premières Nations ;
  • les activités récréatives, comme la pêche et le kitesurf ;
  • le patrimoine avec la modification du paysage.

La protection de l’environnement et la qualité de vie des citoyennes et citoyens de Limoilou, Maizerets et Beauport doivent primer sur les intérêts corporatifs du Port de Québec et les profits d’investisseurs étrangers.

Dites non au projet Laurentia!