Non à l'abandon du Trambus!

Le lundi 29 juin 2020, le maire de Québec Régis Labeaume a annoncé qu’il abandonnait certaines composantes de son projet de Réseau structurant de transport en commun :

  • Le trambus circulant en voie centrale en basse-ville devient un métrobus circulant en voies latérales;
  • Les voies dédiées permettant de bonifier le service dans le nord-ouest de la Ville deviennent des voies réservées latérales seulement
  • Les 2 remontées mécaniques favorisant les transports actifs sont laissées de côté.

Nous croyons à l’importance d’un Réseau structurant de transport en commun pour Québec, mais nous dénonçons un grand manque de vision de la part de Régis Labeaume.

De nombreuses autres solutions budgétaires auraient dû être envisagées. C’est l’entêtement de M. Labeaume à redonner à tout prix l’espace pris à l’auto qui coûte, notamment, très cher :

  • Pourquoi ne pas envisager faire passer le tramway en surface par la Côte d’Abraham, tel que déjà fait dans le passé
  • Ou pourquoi ne pas faire un tunnel plus court?
  • Pourquoi dépenser pour élargir Laurier et Hochelaga?

Le manque de courage politique de M. Labeaume se fait au détriment du service de transport en commun offert aux citoyens-nes :

On prive les citoyens-nes de Saint-Sauveur d’un service de transport en commun structurant digne de ce nom dans un quartier où beaucoup se déplacent en autobus et à pied. Ceux-ci s’attendaient à bénéficier d’une fréquence et d’une rapidité que les métrobus en voies latérales ne peuvent leur offrir.

On fait passer à la trappe le développement de Charest Ouest, au profit du secteur Chaudière, pour plaire aux promoteurs qui souhaitent faire sortir de terre une banlieue. On met en péril les boisés et milieux humides de ce secteur afin de récolter des taxes.

On prive les utilisateurs des transports actifs, cyclistes et piétons, de liens mécaniques permettant de relier la haute-ville et la basse-ville, qui auraient été particulièrement bénéfiques.

On prive les gens de Beauport d’une composante structurante permettant d’améliorer significativement leur temps de parcours vers l’ouest de la Ville.

Monsieur Labeaume doit trouver, avec les gouvernements, d’autres solutions financières, plutôt que de pénaliser, encore une fois, la basse-ville.